Actualités départementales

13 février 2019

CTSD "carte scolaire" du 13 février 2019
+49 postes : une dotation ministérielle insuffisante
qui engendre une carte scolaire insatisfaisante pour 2019
+ 49 postes : une dotation ministérielle insuffisante

 

Pour rappel, cette année, l'académie de Montpellier a une dotation de 49 postes de la part du ministère. L'Hérault étant le seul département de l'académie à voir ses effectifs du premier degré en prévision d'augmentation (+ 506 élèves), reçoit la totalité de ces 49 postes.

 

Pour le SNE34, une dotation de + 49 postes est loin d'être suffisante pour faire face à l'évolution des effectifs et à la création de tous les dispositifs dédoublés en REP et REP+ dans notre département. Le SNE34 ne manquera pas d'en faire part à M. le Préfet (représentant du Président de la République) lors du CDEN du 14/02 qui entérinera cette carte scolaire.

Quelques avancées obtenues lors du CTSD

Voir le projet de carte scolaire complet à l'issue du CTSD

19-02-13 SNE34.com carte scolaire.jpg

Ce CTSD fait suite au groupe de travail que nous avons eu avec l'administration le 6 février. L'enjeu était donc de trouver, avec les moyens alloués par le ministère, le meilleur équilibre pour l'ensemble des écoles de l'Hérault, en veillant également à ne pas trop entamer les postes particuliers (RASED, ULIS, PMC, etc...) ainsi que les moyens de remplacement.

 

De très nombreuses écoles ont fait appel au SNE34. Ces écoles ont été défendues par le SNE34 lors du groupe de travail puis à nouveau lors du CTSD et informées directement en fin d'après-midi du projet pour leur école. Nous avons pu obtenir plusieurs modifications de la carte scolaire entre le groupe de travail et le CTSD (ouverture à Vendargues, annulation de la suppression du PMC à Bédarieux, ouverture à Voltaire...).

 

Plusieurs écoles ont été mises « sous surveillance » (voir document) et leur situation sera réévaluée lors du prochain CTSD de juin. Le DASEN a clairement annoncé qu'il ne s'interdirait pas d'éventuelles fermetures en septembre (ce que le SNE34 dénoncerait fortement si cela était effectivement le cas). Le SNE34 estime préférable, pour certaines situations, de ne pas prononcer tout de suite une ouverture qui risquerait d'être annulée à la rentrée, mettant les écoles et les collègues affectés lors du mouvement dans des situations très délicates. Le SNE34 sera bien évidemment très attentif à l'évolution de la situations pour les écoles concernées.

 

Pourquoi, lors du vote de la carte scolaire, le SNE34 a choisi l'abstention

 

Les raisons de notre vote :

  • La méthode employée par l'administration nous semble pertinente. En effet, plusieurs critères sont pris en compte pour élaborer la carte scolaire (effectifs, localisation géographique, public accueilli, dossiers MDPH, etc...) au lieu de ne se contenter que du nombre d'élèves et d'établir un seuil qui gommerait les particularités de chaque école.

  • Entre le GT et le CTSD, plusieurs situations ont évolué en positif (ouvertures non prévues, annulations de fermetures, annulation de fusion d'école contestée par les collègues...).

  • Cependant, certaines situations présentées par les organisations syndicales n'ont pas trouvé un écho favorable auprès de l'administration.

 

Le SNE 34 a donc fait le choix de ne pas voter CONTRE au vu des deux premiers points, mais de ne pas voter POUR en raison du dernier point. Le SNE34 s'est donc abstenu.

 

Le SNE34 s'est toujours interdit de faire un vote de posture stérile, à l'inverse de nombreuses autres organisations syndicales. Voter POUR ou CONTRE « par principe » ne nous convient pas.

 

OUI, le SNE34 est un syndicat différent et pratique un syndicalisme différent. Nous le revendiquons.

Pour le SNE34 ce n'est pas la répartition (qui faisait l'objet du vote lors de ce CTSD) qui pose problème, mais bien la dotation académique insuffisante. Le SNE34, en syndicat responsable, sait faire la différence entre l'Inspection Académique, le Préfet et le Ministère. Une semaine de délai et un CTSD supplémentaire n'auraient pas permis de faire évoluer cette dotation. Nous n'aurions pu rhabiller Pierre qu'en déshabillant Paul.

 

Patrick RUIZ et Matthieu VERDIER

Élus CTSD-CDEN

 

 

Questions diverses

 

1. Quel est l'avenir à court et moyen termes du dispositif Plus de Maîtres que de Classes / Animateur Soutien ?

Réponse de l'administration : La dénomination PMC disparaît et devient animateur soutien. Maintien de la « ressource humaine » pour accompagner certaines écoles.

 

Avis du SNE34 : Quelle que soit sa dénomination, un enseignant supplémentaire dans une école est une ressource inestimable. Il est dommage que plusieurs de ces postes soient encore supprimés cette année.

 

2. Quel est l'avenir à court et moyen termes du dispositif « Moins de 3 ans » ?

Réponse de l'administration : La fermeture de ce dispositif n’est pas programmée, car le DASEN le trouve intéressant. Il ne fait pas la chasse aux dispositifs existants mais n'en crée pas non plus.

 

3. Qu'en est-il de la révision annoncée de la carte de l’Éducation Prioritaire ?

Réponse de l'administration : Le DASEN n'a aucune information à ce sujet.

 

Avis du SNE34 : annoncée pour 2019, puis pour 2020, cette révision de la carte de l’Éducation Prioritaire se fait attendre. Certaines écoles « orphelines » sont en très grande difficulté et leurs enseignants ne touchent désormais plus aucune prime pour y travailler, ce qui ne va pas aider à la stabilité des équipes dans les années à venir. Il y a urgence à agir pour ces écoles.

 

 

4. A-t-on des précisions sur la scolarité obligatoire à 3 ans (admission à l'école en septembre selon l'année de naissance ou à la date anniversaire ?)

Réponse de l'administration : les élèves qui ont 3 ans au cours de l’année civile doivent aller à l’école en septembre, toute la journée.

 

Avis du SNE34 : le DASEN ne donne aucune information sur la façon dont seront gérés les problèmes de lits pour la sieste, les absences… Encore une fois, ce changement est bien mal anticipé par notre administration.

 

5. Pouvez-vous confirmer officiellement que les enseignants victimes d'une mesure de carte scolaire pourront, même hors délais, demander à être inscrits dans les viviers PEP ?

Réponse de l'administration : les enseignants victimes de carte scolaire pourront, a priori, demander un avis à leur IEN. En cas d'avis favorable, ils pourront être inscrits dans les viviers. En cas d'avis défavorable, la DSDEN réfléchira s'il est opportun de faire passer un entretien ou pas.

 

6. Compte-tenu des ouvertures et fermetures prévues cette année dans des zones avec peu de postes disponibles, nous demandons que les enseignants victimes d'une mesure de carte scolaire puissent bénéficier de la bonification de 500 points sur tout poste adjoint élémentaire et adjoint maternelle dans leur zone et les zones limitrophes.

Réponse de l'administration : Cette question est encore en réflexion. Rien n'est décidé mais ce n'est pas exclu.

© 2020 Syndicat National des Ecoles Section Occitanie (11, 30, 34, 48, 66)  - Directeur de la publication : Matthieu Verdier, secrétaire académique

 

Contact SNE Occitanie : Matthieu Verdier 06 64 92 73 97 - Pour contacter les délégués du SNE Occitanie : cliquez ici

6 lotissement l'Hortdejan 34480 PUISSALICON                                           sne.occitanie@gmail.com

facebook.png