Actualités départementales

9 octobre 2019

Un syndicat ne devrait pas écrire cela

Nous avons hésité avant de répondre aux insinuations nauséabondes et aux mensonges que le SNUIPP34 répand dans son communiqué du 6 octobre (voir en bas de page). Mais leur publication du 8 sur la vidéo de l'agression et surtout le fait que cela ait touché en plein coeur notre collègue victime de l'agression nous font franchir le pas.

- NON, le SNE n'a pas choisi de médiatiser l'affaire. Nous avons été contactés par des médias en fin de semaine, et nous avons répondu avec prudence à leurs questions. Il y a une sacrée nuance.

- NON, le SNE n'a pas donné ou autorisé la diffusion publique de la vidéo de l'agression. En accord avec la victime, nous avons toujours refusé la diffusion de la vidéo : TF1, BFM, France 3, Midi Libre peuvent en témoigner. Malgré leurs demandes insistantes, notre priorité a toujours été la sécurité de la collègue.

- NON, la procédure d'alerte n'a pas correctement fonctionné. Il suffit de relire le déroulé des faits pour s'en rendre compte.

- NON, le représentant du Snuipp34  d'Agde n'a pas été en lien avec toute l'équipe de l'école toute la semaine.

- NON, le représentant du Snuipp34 d'Agde n'a pas été en contact avec l'IEN pour aider à dénouer la situation. D'après nos informations, le Snuipp aurait bien été contacté par une collègue en début de semaine mais il n'a rien fait.

Le SNE reconnait son erreur dans son article concernant les jours d'ITT accordés. Il semblerait qu'il n'y en ait pas. Les informations que nous avions à ce moment là étaient erronées, nous nous en excusons.

Le Snuipp34 cherche-t-il à se racheter, à se raccrocher aux branches ?

Les enseignants en ont assez des querelles de syndicats. Nous le savons, nous le comprenons. Mais nous ne pouvons plus laisser cette organisation écrire n'importe quoi.

Nous demandons une nouvelle fois au Snuipp d'arrêter d'attaquer les autres organisations syndicales et de se concentrer sur la protection des collègues.

La collègue agressée a souhaité faire un communiqué afin de rétablir la vérité. Nous le publions ici.

Communiqué de l'enseignante de l'école Jules Verne agressée par des parents d'élèves lundi 30 septembre 2019

Je tiens à préciser que depuis ce jour je n'ai jamais eu aucun contact avec le représentant du SNUipp-FSU d'Agde pour m'aider "à dénouer cette situation" comme il est indiqué dans leur communiqué du dimanche 6 octobre.

Je n'ai jamais demandé à cette organisation syndicale d'intervenir à quelque niveau que ce soit.

Je n'ai pas connaissance que ce représentant ait été en lien avec l'équipe de l'école tout au long de la semaine, par contre j'étais en lien avec mes collègues qui m'assuraient de leur soutien ainsi qu'avec le SNE.

 

Il faut que les choses soient claires :

L'institution ne s'est pas montrée "prudente" comme il est écrit, mais totalement silencieuse pendant les trois jours qui ont suivi, tout simplement parce que l'affaire n'avait pas été portée à la connaissance de la DSDEN.

 

C'est le SNE auquel je suis adhérente et vers lequel je me suis tournée immédiatement après la violente agression dont j'ai été victime, qui a porté les faits à la connaissance de l'institution en envoyant, avec mon accord, la vidéo de l'agression au ministère et à la DSDEN, jeudi 3 octobre en fin d'après-midi, voyant que rien de concret ne semblait être mis en place depuis lundi 30 septembre.

 

Je suis en contact quotidien avec le représentant du SNE depuis le jour des faits, il me représente, me soutient, me conseille et n'intervient pas sans au préalable me demander mon accord. Il a réagi immédiatement.

 

Le SNE n'a pas médiatisé l'affaire, c'est un journaliste du Midi Libre qui l'a contacté afin de rédiger un article à ce sujet. Et il reprend simplement celui publié par le SNE sur son site avec mon accord.

 

Ce sont par la suite les autres médias qui, sans prendre contact avec le SNE ou moi-même, se sont emparés de l'affaire en diffusant de fausses informations et en citant des propos que leur a tenus le représentant du SNUipp sur Agde.

 

Alors je me demande : qui "souffle sur les braises" ?, qui diffuse des "informations erronées" ? Qui est "beaucoup plus réservé dans sa communication" ? Mais surtout : quel est le but de cette organisation syndicale ?

 

Je suis effondrée de constater qu'une organisation syndicale s'empare de cette affaire et publie un communiqué sur son site sans jamais m'avoir contactée ou demandé mon accord, et s'y permette de surcroit de diffuser des propos mensongers et diffamatoires sur le SNE qui me soutient depuis le début.

 

Ce communiqué, loin de m'aider à me remettre de ces évènements, m'atteint une fois de plus dans l'épreuve difficile que je traverse actuellement. 

Ce n'est pas de cette façon que notre école va "retrouver une certaine sérénité".

© 2020 Syndicat National des Ecoles Section Occitanie (11, 30, 34, 48, 66)  - Directeur de la publication : Matthieu Verdier, secrétaire académique

 

Contact SNE Occitanie : Matthieu Verdier 06 64 92 73 97 - Pour contacter les délégués du SNE Occitanie : cliquez ici

6 lotissement l'Hortdejan 34480 PUISSALICON                                           sne.occitanie@gmail.com

facebook.png